Louvres : début des travaux de la Ferme aux Blés

Posté le 11/06/2015, dans Actualités, Chantiers
Réhabilitation Monument historique - Louvres - Ile de France

La Ferme aux Blés, inscrite en 2000 à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques, est composé d’un corps de ferme, d’un jardin clos et d’une cour pavée. L’ensemble offre ainsi un cadre de vie authentique et un brin de campagne à seulement 8 km de l’aéroport Roissy-Charles de-Gaulle et 25 minutes de Paris.

 

Le coup d’envoi des travaux a été donné le 19 mai avec au programme le désamiantage puis le curtage de l’intérieur des bâtiments et des façades. Sa rénovation, supervisée par le Groupe Histoire & Patrimoine, donnera naissance à 41 logements, du studio à l’appartement familial de 4 pièces.

 

La réhabilitation présente certaines spécificités dues à la nature des bâtiments, à leur protection et à la composition de l’espace.

Tout d’abord, il s’agit d’anciens bâtiments agricoles qui ne bénéficiaient à l’origine que de très peu d’ouvertures, toute baie ayant un but fonctionnel. Un des défis de la réhabilitation est donc de composer des ouvertures, avec pour objectif la transformation de ces volumes en logements. Cette démarche a été mise en place avec l’aval de la DRAC, chargée de préserver les bâtiments inscrits à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques.

Au niveau des traitements extérieurs, il est important de conserver une différence entre les granges et le logis principal. Aussi, l’enduit, la nature des tuiles et les encadrements de baies et menuiseries sont propres à chaque bâtiment.

 

Enfin, l’aspect minéral de la cour principale s’oppose au jardin paysager et potager à l’arrière. Cet écrin végétal en pleine ville représente un atout certain pour l’ensemble, il est donc à conserver.

La Ferme aux Blés est l’une des seules de ce type et de cette envergure dans la région. Les autres ayant disparu ou ayant été démantelées pour de nouvelles constructions, il était important d’opérer une réhabilitation respectueuse de son histoire en collaboration avec la DRAC et sous la supervision des architectes des bâtiments de France.