Livraison de l’Hôtel d’Aux au coeur de Nantes

Posté le 15/04/2015, dans Actualités
Réhabilitation Monument historique à nantes

L’Hôtel d’Aux, construit en 1774, retrouve une nouvelle jeunesse grâce à sa réhabilitation supervisée par le groupe Histoire & Patrimoine. Après 20 mois de travaux dans les règles de l’art, l’Hôtel d’Aux offre 39 appartements, du F1 au F4 duplex.

Cette opération de précision a été menée par Philippe Lemonnier, architecte du projet, et le groupe GCC, entreprise générale, sous le regard attentif de l’Architecte des Bâtiments de France et de la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC).

De nombreux éléments du programme sont inscrits au titre des Monuments Historiques et nécessitent donc une attention particulière lors de la réhabilitation. En 1954, les façades et les toitures de l’hôtel d’Aux ont été inscrites à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historique. En 2012, de nouveaux éléments remarquables s’ajoutent à l’inscription au titre des Monuments Historiques comme le porche, la cage d’escalier d’honneur et certaines cheminées.

L’enjeu fut donc de réhabiliter le bâtiment en respectant ces éléments à l’image du grand salon d’honneur au 2e étage qu’il était nécessaire de conserver dans sa totalité avec ses décors de parquet, cheminée, lambris, trumeaux, glaces, plafonds et peintures.

 

Téléchargez notre reportage photo

 

Un peu d’histoire

L’Hôtel d’Aux a été construit en 1774, sur les plans de l’architecte Ceinerey pour M. le Comte d’Aux. Après la Révolution, il est devenu le siège de la Préfecture de la Loire-Inférieure jusqu’en 1828. A cette date, l’Hôtel d’Aux a été cédé à l’armée qui en a fait le siège du commandement militaire de Nantes.

Notons que Napoléon Ier et l’Impératrice Joséphine y ont séjourné lors leur passage à Nantes en 1808. Plus tard, lors de la Seconde Guerre mondiale, le bâtiment est réquisitionné par les allemands qui y installent la Feldkommandantur dirigée par Karl Hotz. Ce-dernier est abattu rue du Roi-Albert le 20 octobre 1941 par des résistants français, alors qu’il se rendait à pied à l’Hôtel d’Aux.

L’armée quittera définitivement le bâtiment en juin 2010 ; Histoire & Patrimoine commercialisera les logements en 2012, donnant une deuxième vie  à l’Hôtel particulier