Un jour, une réalisation : Gasse et Canthelou à Elbeuf-sur-Seine

Posté le 02/12/2015, dans Actualités, Références
Elbeuf sur seine - Réhabilitation

La mission fondamentale d’Histoire & Patrimoine à travers ses réalisations est de préserver l’identité des centres-villes anciens, de leur redonner vie en réhabilitant et modernisant des bâtiments anciens ayant subi les outrages du temps ou encore laissés à l’abandon.

Philippe Lemonnier, architecte, fut en charge de de la réhabilitation de la manufacture textile Gasse et Canthelou.

Histoire & Patrimoine

L’histoire est un point commun dans toutes nos réalisations, de quand date ce bâtiment ?

Cette ancienne manufacture textile a été édifiée entre 1843 et 1918. C’est en 2005 qu’Histoire & Patrimoine se porte aquéreur avec un projet ambitieux en tête : transformer les plus de 7 000 m² en logements ! L’objectif était de créer un lieu de vie convivial en intégrant une dimension importante à nos yeux, celle de la mixité sociale grâce à des appartements à loyer modéré. Notre projet a conquis la municipalité, nous avons donc pu débuter.

Histoire & Patrimoine

Le bâtiment présente une architecture particulière, cela a-t-il poser problème ?  

Dès la première visite, mon attention s’est portée sur la structure des façades. C’était la première fois que j’étais confronté à ce type d’architecture; la proportion de largeur de maçonnerie est moins importante que celle des ouvertures. Cette particularité allait jouer un rôle important au niveau de la conception des appartements. On ne peut pas intervenir avec des idées préconçues, c’est le bâtiment qui nous guide et nous impose la manière dont on peut l’aménager. Ici, la réflexion architecturale était de trouver un équilibre entre le respect de l’existant et une démarche créative. La protection de ces bâtiments au titre des Monuments Historiques a requis la consultation et l’avis de la DRAC durant la durée des travaux.

Quels aménagement en particulier avez-vous réaliser pour rendre ce lieu agréable pour les futurs occupants tout en conservant son identité passée ?

Les étages du bâtiment principal se composaient d’immenses plateaux vides dont nous souhaitions conserver l’impression
d’espace. Les combles, autrefois utilisés pour le séchage de la laine et des pièces de draps, étaient ventilés par des baies cintrées munies de claires-voies. Pour préserver ces volumes baignés de lumière, nous avons optimisé les hauteurs sous plafond. Le découpage de ces plateaux nous a permis de créer 82 appartements tous différents. La distribution de ces quatre étages est assurée par un ascenseur vitré fixé sur la façade d’un patio central. Cet élément architectural offre une vision sur l’ensemble du site au fur et à mesure de l’ascension.

De son côté, la cour reconstituée est redevenue l’axe principale de circulation. Des pavés anciens disposés dans la partie centrale renforcent l’aspect rue. La cheminée, inscrite à l’Inventaire des Monuments Historiques, contribue à l’atmosphère ouvrière du site. Enfin, l’aspect de l’allée centrale dans l’axe de la cheminée a été conservé, toujours pour préserver le caractère industriel du lieu. Et l’horloge, élément central de la vie ouvrière, fut conservée et mise en valeur.